Sommet humanitaire mondial : l'amorce d'un tournant

Sommet humanitaire mondial : l'amorce d'un tournant

Email
Le Sommet Humanitaire Mondial qui a réuni de nombreux acteurs du secteur s’est achevé mardi soir. Médecins du Monde salue les engagements pris envers les ONG du Sud et restera vigilant quant à la mise en place concrète de ces annonces.

Les ONG du sud, parties prenantes de la réponse humanitaire

L'enjeu majeur du sommet était de positionner les ONG du Sud comme des acteurs incontournables et légitimes dans le fonctionnement du système humanitaire. Le sommet a été l’occasion d’acter le lancement de plusieurs plateformes d’ONG. Les états et les bailleurs de fonds ont également pris des engagements formels. Médecins du Monde se félicite de cette avancée. « Les ONG du Sud sont les principales concernées par les crises humanitaires et souvent les premières à y répondre, elles sont incontournables par leur connaissance du contexte et décisives par leur opérations sur le terrain. Aujourd’hui, elles n’ont pourtant  accès qu’à 1% des financements humanitaires… » affirme Stéphane Heymans, Directeur des opérations de Médecins du Monde Belgique.

La sanctuarisation des lieux de soins et le respect du droit humanitaire international

Ce sommet s’est également inscrit dans un agenda politique plus global. Bien que depuis deux ans les états réaffirment l’importance du respect du droit humanitaire international, nous constatons que la réalité du terrain est malheureusement fort différente.  «Nous demandons la sanctuarisation des lieux de soins. Il est dangereux aujourd’hui d’être un acteur humanitaire, on le voit avec les bombardements récents des civils et des structures de soins à Alep et au Yémen. Il est fondamental de sécuriser le travail effectué dans ces structures. » selon Stéphane Heymans..

Médecins du Monde continuera à interpeller les états et à dénoncer les violations des droits fondamentaux des personnes.