Médecins du Monde suspend ses activités à Ménaka (Mali)

Médecins du Monde suspend ses activités à Ménaka (Mali)

Email
Médecins du Monde a décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre les activités de sa mission de Ménaka au Nord-Est du Mali suite à un braquage armé et face à l'insécurité grandissante de la région.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, à 1h30 du matin, les bureaux de l'ONG ont été la cible d'un braquage perpétré par au moins sept hommes armés. Lors du braquage, deux employés en service ont été ligotés et l'un d'eux a été brutalisé. « L'insécurité grandissante qui touche de plus en plus les acteurs humanitaires dans cette région ne nous permet plus pour le moment de donner des soins aux populations, » déclare Pierre Verbeeren, directeur de Médecins du Monde. « Nous examinons la situation et envisagerons la reprise des activités après une analyse et un engagement de toute les parties prenantes de consolider l'espace humanitaire et de garantir la sécurité de nos équipes soignantes. »

Outre le vol de matériel, c'est la destruction inutile d'objets et d'installations qui pose question. « Ces actes ont semble-t-il été perpétrés dans le but de nuire par des personnes qui se soucient peu de l'action de Médecins du Monde et de son travail auprès des communautés de Ménaka, » continue Pierre Verbeeren.

Une recrudescence de violences

Médecins du Monde est particulièrement inquiète face au phénomène de violence qui touche les acteurs humanitaires au Nord du Mali. Alors que les équipes ont besoin d'endroit "sanctuaire" où travailler dans la sérénité, les attaques sont de plus en plus fréquentes et menacent l'espace humanitaire.

Médecins du Monde dénonce également les violences intercommunautaires et les meurtres de civils innocents dont des femmes, des vieillards et même des enfants quelles que soient leurs origines.

Le Nord Mali est touché depuis 2012 par une crise humanitaire dont la première victime est la population. La situation sécuritaire se dégrade d'année en année. Fin mai 2018, le nombre d'incidents visant des humanitaires a déjà atteint celui de toute l'année 2017. Le Mali se classe au 2e rang des incidents touchant les ONG.

Présente à Ménaka depuis 2011, Médecins du Monde est le seul acteur médical dans la région et la suspension - même provisoire - de ses activités aura des conséquences directes sur l'accès aux soins de plus de 70.000 personnes, dont près de 15.000 enfants de moins de cinq ans.