Médecins du Monde renforce sa présence au Parc Maximilien et lance un appel à bénévoles

Médecins du Monde renforce sa présence au Parc Maximilien et lance un appel à bénévoles

Email
Dès ce mercredi, Médecins du Monde a renforcé sa présence au sein du Parc Maximilien de Bruxelles. Jusqu’ici, les équipes médicales de l’ONG étaient actives au parc et à la Gare du Nord deux soirs par semaines. Mais devant l’afflux de patients et la forte demande en termes de soins de santé, Médecins du Monde a décidé de renforcer sa présence sur place en journée.

La situation au Parc Maximilien (quartier Nord de Bruxelles) se détériore et de plus en plus de personnes ont besoin de soins médicaux. « Nos consultations actuelles sont au bord de la saturation, » explique Pierre Verbeeren, directeur de Médecins du Monde. « Nous avons donc choisi de renforcer notre présence dans le Parc et aux alentours de la gare du Nord. » Dès cette semaine, les équipes de Médecins du Monde seront donc présentes sur place chaque lundi, mercredi et vendredi à partir de 14h, avec le Médibus (le bus médicalisé de Médecins du Monde) et une tente. « Nos équipes sont composées de médecins, infirmières et personnel accueillant. Les consultations se passeront à l’intérieur du Médibus et la tente servira d'espace d'accueil et de salle d’attente. »

Saturation des consultations médicales

Depuis le début de l’été, Médecins du Monde est présente tous les mercredis et jeudis soirs au Parc Maximilien et à la Gare du Nord avec un dispositif infirmier. « Au fil des semaines, nous avons observé une augmentation du nombre de consultations – jusqu’à 40 par soir ! – et de plus en plus de besoins d’une consultation avec un médecin, » renchérit Pierre Verbeeren « C’est par exemple le cas pour les personnes présentant des problèmes respiratoires importants, du diabète ou les femmes enceintes. »

Plaies et fractures

Le personnel médical de Médecins du Monde a également été confronté à un nombre impressionnant de blessures : près d'une personne sur 4 (23% des patients rencontrés) présentaient des plaies (15%) ou des fractures (8%). « Ces blessures peuvent avoir eu lieu durant leur parcours pour venir ici, » analyse Pierre Verbeeren. « Mais certaines sont clairement la conséquence des raids et des actions de la police à Bruxelles ces dernières semaines. Pour Médecins du Monde, ces violences sont inadmissibles, dangereuses et contreproductives : l’exemple de Calais suffit à s’en rendre compte. La répression et les solutions court-termistes, cela suffit ! »

Repression et angoisse contre solidarité et soins 

Médecins du Monde continue à réclamer l’ouverture – au minimum - d’un centre d’accueil et d’information. « Actuellement, on dirait que ces gens n’ont aucun droit ! » déplore Pierre Verbeeren « Hors, ce n’est pas le cas. Migrants ou pas, ces personnes ont droit à un minimum de dignité et de respect. » Et Médecins du Monde de remettre l’accent sur l’importance de leur procurer une information complète et correcte. « Plus de 80% des personnes présentes au Parc et à la Gare du Nord viennent de pays comme le Soudan, l’Érythrée ou l’Irak. Ils n’ont pas quitté leur pays de gaité de cœur, mais parce qu’ils y ont été forcés. S’ils soumettaient une demande d’asile, elle serait très probablement acceptée. Mais ils ne le font pas parce qu’ils n’ont pas assez d’information sur le sujet. » L’information est donc un élément crucial de la réponse, soutient Médecins du Monde.

Appel à la solidarité

Pour soutenir son action auprès des migrants du Parc Maximilien, Médecins du Monde lance un appel aux volontaires, médicaux et non-médicaux. « Nous sommes toujours à la recherche de médecins, infirmi-er-ère-s, interprètes et personnels d’accueil. Notre action repose largement  sur l’engagement des citoyens – nous avons besoin d’eux. » Toutes les opportunités d’apporter un soutien à Médecins du Monde sont disponibles sur https://www.medecinsdumonde.be/vacatures#90.