Médecins du Monde condamne fermement la réintroduction d’un décret discriminatoire sur la santé publique en Grèce

Médecins du Monde condamne fermement la réintroduction d’un décret discriminatoire sur la santé publique en Grèce

Email
La semaine dernière, le nouveau ministre de la Santé grec a décidé de réintroduire le décret 39A sur la santé publique, qui impose des tests de dépistage obligatoires pour l’hépatite, le VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles et maladies contagieuses. Ce décret stigmatise particulièrement les usagers de drogue, les travailleurs du sexe et les sans-papiers. Il stipule également que tout occupant d’un logement “pouvant présenter un risque pour la santé publique” doit en être expulsé, sans offrir aucune alternative.

Ce décret constitue une grave violation des droits de l’homme, de la dignité humaine et de l’éthique médicale. Il va à l’encontre des recommandations des experts internationaux en santé publique et des organismes de défense des droits de l’homme, y compris celles de l’OMS, de l’ONUSIDA, du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies et de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE. La répression, la mise en détention et les tests de dépistage obligatoires ont déjà démontré leur inefficacité en matière de santé publique. Ces mesures stigmatisantes limitent au contraire l’accès à des soins de qualité et favorisent la contagion. 

Au lieu de s’attaquer aux vraies raisons qui sont à l’origine des maladies, des addictions et de la pauvreté, le ministre de la Santé grec commet une violation flagrante des droits de l’homme et de la dignité humaine sous couvert de “protéger la population des maladies contagieuses”. Médecins du Monde demande au gouvernement grec de se concentrer sur ce qui constitue de véritables mesures de santé publique comme le droit universel des enfants à la vaccination et la nécessité de faire appliquer ce droit, ce que le gouvernement n’est plus capable de garantir. Nous lançons également un appel à tous les professionnels de santé pour qu’ils refusent de pratiquer ces tests de dépistage obligatoires. 

Par l’intermédiaire de ses cliniques et de ses équipes mobiles, partout en Grèce, Médecins du Monde continuera à fournir une assistance, des soins et un soutien social à toutes les personnes qui en auront besoin, conformément à son éthique médicale et à sa politique de confidentialité. Nous continuerons à lutter aux côtés des populations les plus vulnérables et à défendre les droits de la personne chaque fois qu’ils seront menacés. 

Dr Liana Maili, présidente de Médecins du Monde Grèce

Dr Alvaro González, président de Médecins du Monde Espagne

Dr Thierry Brigaud, président de Médecins du Monde France

Dr Michel Roland, président de Médecins du Monde Belgique 

Pour plus d’information et/ou une Interview avec le Directeur général de Médecins du Monde Belgique, Pierre Verbeeren, veuillez contacter svp : 

Marie-Anne Robberecht 
Communication Officer 
Marie-anne.robberecht@medecinsdumonde.be 
+32 (0)2 225 43 49 / +32 (0)493 25 49 09