Médecins du Monde Belgique décide de se retirer de la région de Kidal

Médecins du Monde Belgique décide de se retirer de la région de Kidal

Email
Bamako-Bruxelles, 20/08/2014 // Médecins du Monde Belgique va progressivement se retirer de la région de Kidal, d’ici la fin de l’année 2014. L’augmentation du volume des opérations dans un contexte de crise, ainsi que les difficultés de supervision à distance ne permettent plus à MdM de garantir des soins de qualité prodigués aux populations.

En 2012, malgré un contexte difficile, et tout particulièrement dans le Nord du pays, MdM décide de rester à Kidal. Pour assurer une réponse forte aux nouveaux besoins apparus dans la région, - notamment liés aux déplacements de population et au départ d’un grand nombre d’acteurs humanitaires -  MdM  augmente le volume de ses programmes, mis en œuvre par une équipe de 56 personnes avec un appui,  à distance, d’une équipe de coordination basée à Bamako.  

 Or, depuis 2012, la réduction de l’espace humanitaire pour MdM dans la région de Kidal - alors même que le volume de ses opérations a augmenté – ainsi que les récents incidents sécuritaires imposent le retrait de MdM Belgique.

 Il n’est toutefois pas question d’un retrait brutal : un plan de désengagement progressif est en voie d’élaboration avec l’ensemble des acteurs concernés - les autorités gouvernementales, les représentants des communautés bénéficiaires, les équipes de Médecins du Monde Belgique de Kidal et de Bamako - , dans les normes requises pour toute fin de programme et en prenant en compte les meilleures options pour les populations et le personnel de Médecins du Monde Belgique de Kidal.

 Pour rappel, Médecins du Monde Belgique met en œuvre, depuis 2002, des programmes visant à améliorer l’accès à la santé des populations vulnérables au Mali, notamment les femmes et les enfants des régions de Kidal et de Gao. Médecins du Monde Belgique poursuivra ses activités dans les cercles de Gao et Ménaka, contextes où les résultats et les évaluations les plus récentes nous confirment une maîtrise des opérations dans un espace humanitaire gérable.