Les réfugiés de nouveau abandonnés à leur sort

Les réfugiés de nouveau abandonnés à leur sort

Email
Le mois dernier, au Quai Willebroeck, Médecins du Monde a réalisé des consultations auprès de plus de 1000 réfugiés, c’est-à-dire une moyenne de 40 par jour. Depuis le 14 novembre, on observe une augmentation significative du nombre de jeunes, de femmes et d’enfants. Leurs conditions de vie précaires et leur désespoir mènent à de plus en plus de tensions entre les réfugiés eux-mêmes. Médecins du Monde appelle le gouvernement à ne pas laisser ces personnes abandonnées à leur sort cet hiver.

“De nouveau, nous constatons que l’accueil au WTC est saturé. Tous les jours, nous repartons à la recherche de solutions pour la nuit pour les réfugiés. Tous les jours, nos médecins et infirmiers bénévoles soignent ces personnes, alors qu’il s’agit en fait d’une responsabilité des autorités, “ rappelle Pierre Verbeeren, Directeur Général de Médecins du Monde. “Nous comprenons que la situation est complexe, nous voyons également que des efforts sont faits, mais cette situation est inhumaine et intenable.”

C’est pourquoi Médecins du Monde demande une augmentation significative du nombre de places disponibles, au WTC et ailleurs. L’ONG appelle le gouvernement à s’engager à accueillir chaque réfugié, et ce dès le premier jour de présence sur le territoire.

Les équipes de Médecins du Monde remarquent également l’augmentation de tensions entre les réfugiés. Les discriminations envers les Afghans à l’Office des Etrangers, les temps d’attente qui s’étendent parfois à 15 jours et le climat hivernal provoquent toujours plus de stress et de désespoir auprès d’une population qui a déjà un parcours difficile derrière soi.

Après avoir été active au Parc Maximilien en août et en septembre, Médecins du Monde est présente au Quai Willebroek depuis le 1er octobre, de 14h à 18h. Une équipe de 50 infirmiers, médecins, traducteurs et accueillants se chargent de la prise en charge médicale des réfugiés. La majorité des patients de Médecins du Monde loge actuellement dans les structures de pré-accueil