Le coeur sur la main : Katrien De Geyter (34) vient en aide à ceux qui ne peuvent se permettre de voir un médecin

Le coeur sur la main : Katrien De Geyter (34) vient en aide à ceux qui ne peuvent se permettre de voir un médecin

Email
‘Quand quelqu’un vient nous voir avec un mal de gorge ou une migraine, souvent, c’est toute une histoire qui se cache derrière’. Katrien De Geyter est bénévole chez Médecins du Monde.

‘Quand quelqu’un vient nous voir avec un mal de gorge ou une migraine, souvent, c’est toute une histoire qui se cache derrière’. Katrien De Geyter est bénévole chez Médecins du Monde, une organisation qui soigne les populations les plus vulnérables.

‘Les jours de consultation, il y a facilement une trentaine de personnes qui attendent devant notre centre de soins à Anvers. Des personnes sans papiers, sans abri,  des réfugiés…ils n’ont pas d’argent pour aller voir un médecin. Ou ils ne sont pas en ordre de mutuelle. Nous leur proposons des soins gratuits. Et souvent bien plus.’

 International 

 ‘Médecins du Monde est une organisation internationale qui offre des soins à toutes les personnes dans le monde qui y accèdent difficilement. La délégation belge a des projets au Mali, au Congo, en Haïti et en Syrie, mais aussi en Belgique. Car tout autour de nous, ici en Belgique, il y a aussi des gens pour qui ce n’est pas évident d’aller chez le médecin. A Anvers, Bruxelles et La Louvière, Médecins du Monde a des centres de soins où les plus fragiles sont certains de trouver des médecins, des infirmiers, des psychologues et des assistants sociaux. ‘

‘En tant qu’infirmière, je reçois les patients avant ou après leur consultation avec le médecin. Je prends leur tension,  contrôle leur glycémie, et leur donne des explications sur leurs médicaments ou leur traitement. Il n’y a pas que dans nos centres de soins que nous faisons cela. L’hiver, nous sommes aussi actifs dans les différents centres d’accueil de la ville.

 Pas de porte de sortie

‘Il est évident qu’en plus de soins médicaux,  nos patients sont à la recherche d’une oreille attentive. Derrière leur demande d’un cachet anti-douleur pour la gorge se cache beaucoup. Souvent, cela fait des années qu’ils vivent dans la rue. Ils ne voient pas le bout du tunnel. Ils sont déjà contents de pouvoir raconter leur journée à quelqu’un. Jamais nous ne les abandonnons à leur sort. Nos assistants sociaux mettent tout en œuvre pour réinsérer nos patients dans le système de soins de santé classique. En les accompagnant par exemple au CPAS. ‘

‘Au quotidien, je travaille comme infirmière à l’hôpital Saint Vincent d’Anvers. C’est une collègue qui m’a mise en contact avec Médecins du Monde.  Grâce à mon travail de bénévole, je peux aider les gens qui sont tombés du navire. Ils apprécient. Je m’en rends compte quand je me promène dans les rue d’Anvers. Parfois, je rencontre quelqu’un que j’ai déjà vu au centre de soins. Ils me saluent ou viennent me serrer la main. Je n’en attends pas plus. »

Auteur: Dieter Herregodts, cm.be