Haïti : trois mois après l'ouragan Matthew

Haïti : trois mois après l'ouragan Matthew

Email
Trois mois après l’ouragan Matthew qui frappait Haïti le 4 octobre dernier, la population reste extrêmement vulnérable aux aléas naturels. Médecins du Monde continue à la soutenir car, près de 800.000 personnes ont toujours besoin d’eau potable et nécessitent une aide alimentaire et médicale. « À côté de la réhabilitation des centres de santé, nous continuons à prendre en charge le choléra. La vigilance reste de mise. »

À sept ans d’intervalle, deux catastrophes majeures ont touché Haïti : le 12 janvier 2010, un séisme ravageait la région de Port-au-Prince et de Léogane et dans la nuit du 3 au 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew frappait le sud-ouest du pays (Grand’Anse et les Nippes). Il est capital que les bailleurs, associations et Etats restent mobilisés pour soutenir le pays.

Bilan humain et matériel

Infrastructures détruites, toits arrachés, bétail dévastés, récoltes ravagées, etc. : le bilan matériel de l'ouragan Matthew est très lourd. Aujourd’hui, près de 800.000 personnes ont toujours besoin d’eau potable et nécessitent une aide alimentaire et médicale. Selon les estimations des Nations Unies, Matthew a affecté plus de 2 millions de personnes, dont 900.000 enfants.

 « Une de nos premières réponses a été de nous assurer que notre staff haïtien était sain et sauf et de faire le nécessaire pour nous assurer de leur sécurité, » explique Isabelle Capochichi, référente médicale chez Médecins du Monde.« Ensuite, nous avons contacté les autorités sanitaires des zones les plus touchées par Matthew pour identifier les besoins prioritaires et coordonner l’acheminement de l’aide. »

Des équipes mobiles face au choléra

Médecins du Monde a immédiatement défini les zones d’intervention prioritaires où l’accès aux soins n’était plus garanti et a mis en place les équipes mobiles. Face à l’urgence sanitaire, 13 équipes mobiles choléra et 9 cliniques mobiles ont été déployées dans les deux départements d’intervention de Médecins du Monde : le Sud et Grand’Anse. 

 « Aujourd’hui, rien que dans les Nippes (Sud-Ouest), nous poursuivons la réhabilitation de 11 centres de santé détruits par l’ouragan. En attendant, nos équipes mobiles sont là pour prendre en charge les cas de choléra. » précise encore Isabelle Capochichi.

Urgence/ Haïti-Cholera : risque imminent d'épidémie

Le cyclone le plus puissant de ces dix dernières s’est abattu sur les Caraïbes, laissant derrière lui des milliers de personnes déplacées. Depuis 2010, une épidémie de choléra frappe Haïti. Inondations, coulées de boues, eaux stagnantes, égouts à ciel ouverts : la propagation de l’épidémie est imminente ! Les haïtiens ont urgemment besoin de vous !