Fin du plan hiver bruxellois : Médecins du Monde s’inquiète pour le suivi médical des sans-abri

Fin du plan hiver bruxellois : Médecins du Monde s’inquiète pour le suivi médical des sans-abri

Email
Avec la fermeture des centres d’accueil d’urgence du SAMU Social se termine également le plan hiver médical de Médecins du Monde. Le plan hiver pour les personnes sans abri est une occasion unique d’entrer en contact avec un public que Médecins du Monde touche moins pendant le reste de l’année. Parce que ces patients n’ont pas d’adresse, assurer leur suivi s’avère ensuite très compliqué. Médecins du Monde s’inquiète pour la santé des personnes sans abri atteintes de maladies chroniques à Bruxelles.

« La plupart des pathologies rencontrées sont les mêmes que celles qu’un médecin généraliste voit dans sa pratique tout au long de l’année », explique Pierre Verbeeren, Directeur Général de Médecins du Monde. « Mais à côté de ces maladies « classiques »,  il y a toute une série de pathologies plus spécifiques : plus de maladies de la peau, plus de personnes victimes de violences, plus de problèmes de santé mentale et d’assuétudes …. Remettre ces personnes sans abri à la rue est tout à fait irresponsable».

Nos patients qui retournent vivre en rue courent un risque de grave complications. « L’hiver est un moment propice pour toucher un public que nous n’atteignons que très difficilement le reste de l’année. Le plan hiver représente pour Médecins du Monde une opportunité unique de remettre ces publics en ordre d’accès aux soins, mais aussi de recréer un lien... Une fois les centres d’accueil fermés, nous perdons le contact avec ces patients et leur accès aux soins disparaît  tout simplement parce qu’ils n’ont pas d’adresse », déplore Stéphane Heymans, responsable des projets belges.

Médecins du Monde appelle à une politique concertée et intégrée pour assurer le suivi et la continuité de la prise en charge. « Pour le moment, on a l’impression de faire un travail à moitié, la morbidité et la mortalité en rue n’est pas qu’un phénomène saisonnier »  .

Cette politique doit mettre tous les acteurs autour de la table : l’associatif et les acteurs de rue, les services médicaux (hospitalier et première ligne) et les différentes autorités publiques (communales et régionales) et ceci pour travailler sur trois axes :

  1. L’accès aux soins : ouverture et récupération des droits
  2. La continuité des soins : notamment entre la rue/ la médecine générale et le secteur hospitalier
  3. La qualité des soins : notamment via les formations aux professionnels de santé

« Avec le nombre de sans-abris qui augmente en région bruxelloise, cette politique intégrée de santé doit être une priorité et nous espérons que cela sera un des points du plan santé en cours d’élaboration »,déclare M. Heymans.

Toute l’année, Médecins du Monde continue de soigner les personnes vulnérables dans son centre de soins bruxellois et au sein du Médibus. Parce que l’exclusion ne connaît malheureusement pas de saison.