Entretien avec Nikitas Kanakis, secrétaire général de MdM Grèce

Entretien avec Nikitas Kanakis, secrétaire général de MdM Grèce

Email
« La réunion des différents directeurs des 14 organisations nationales de Médecins du Monde est un moment-clé pour le réseau ! » C’est ce qu’affirme Nikitas Kanakis, membre du conseil et actif chez MdM Grèce depuis 20 ans déjà. Il explique comment l’Europe du Sud (et en particulier le Portugal et la Grèce) est durement touchée par la crise économique :

« Nous voyons apparaitre de nouveaux groupes de personnes vulnérables, composés de citoyens européens. Ces derniers émigrent en Europe pour des raisons économiques ; ils atterrissent finalement dans un pays d’accueil et ils rencontrent des difficultés en termes d’accès aux soins de santé », déplore-t-il.

« Au sein du réseau international de Médecins du Monde, l’une des importantes évolutions ces dernières années est l’attention toute particulière portée à ce problème : l’Europe est consciente du fait que ce qui se passe en Grèce pourrait se propager ailleurs si des mesures appropriées et concrètes ne sont pas mises en place. Outre l’aide pratique et le soutien que nous recevons du réseau afin d’améliorer nos projets, il y a aussi beaucoup de solidarité et de préoccupations vis-à-vis de la situation grecque. Le rapport européen sur l’accès aux soins pour les personnes vulnérables que nous avons présenté en avril dernier à Bruxelles, a mis l’accent sur cette tendance inquiétante : désormais, 50% des patients de Médecins du Monde Grèce sont Grecs. »

Nikitas est engagé auprès de Médecins du Monde depuis qu’il est étudiant et pour lui, le volet « témoignage  » est essentiel : « L’Europe doit savoir que la relative prospérité au sein de l’Union ne s’applique pas partout : les soins de santé ne sont pas accessibles par tout le monde. Avec les chiffres de notre rapport, nous avons de quoi alarmer les institutions européennes. »