EATG, Ex-Aequo et Médecins du Monde invitent les eurodéputés à donner le bon exemple en se faisant dépister au VIH

EATG, Ex-Aequo et Médecins du Monde invitent les eurodéputés à donner le bon exemple en se faisant dépister au VIH

Email

                                               

 

Parvis du Parlement Européen, devant l'ancienne gare, ce 26 novembre de 8h30 à 18h30

 

Dans le cadre de la semaine européenne de dépistage VIH et à la veille de la Journée Mondiale de la Lutte contre le virus, EATG, Ex-Aequo et Médecins du Monde installent un cabinet de consultation mobile sur le parvis du Parlement européen, ce mardi 26 novembre. Objectif : avec des Tests Rapides d’Orientation Diagnostique (TROD), sensibiliser le public, et les décideurs européens, à l’importance du dépistage. Car aujourd’hui, en Europe, 1 personne sur 3 ignore sa séropositivité. Les risques de contamination restent très élevés et les conséquences en termes de santé publique importantes également.

En Europe, 2,3 millions de personnes vivent avec le VIH.  Pourtant, parmi elles, 1 sur 3 l’ignore. 50% des personnes séropositives débutent donc leur traitement tardivement. Or, la prise en charge tardive de la maladie pose problème, à plusieurs niveaux : elle implique que le traitement est moins efficace pour le patient et augmente considérablement le risque de transmission du virus.

Le dépistage ainsi que le diagnostic précoce et l’accès au traitement font partie des outils de prévention. Lorsque la séropositivité est confirmée, un traitement devrait être tout de suite mis en place. La personne pourrait ainsi bénéficier d’une plus grande espérance de vie et d’une qualité de vie meilleure. Par ailleurs, lorsque la personne bénéficie d’un traitement efficace, le risque de transmission est diminué.Le dépistage rapide présente bien des avantages : une seule goutte de sang suffit pour obtenir un résultat fiable, en 5 mn. « Le TROD n’a pas vocation à donner un diagnostic, mais à orienter et faciliter  l’accès au dépistage. Il est un outil complémentaire particulièrement adapté aux populations qui ne se font pas tester ailleurs », explique Safia Soltani, coordinatrice de projet auprès d’Ex-Aequo. « Nous rappelons toutefois que le dépistage ne reste pertinent que si la personne a un réel accès aux soins en aval d’un diagnostic positif », termine-t-elle.

Aujourd’hui, en Belgique, le dépistage - gratuit et anonyme - n’est disponible que dans les centres  spécifiques. Une facilitation de l’accès  (notamment via l’usage des TROD) n’est donc pas un luxe pour la Belgique. Celle-ci a d’ailleurs été incluse dans le nouveau plan SIDA du mois d’octobre 2013. En 2011, 47% des 1177 personnes infectées (3 par jour) l’avaient appris trop tardivement. Proposer le dépistage rapide dans les lieux communautaires des publics cibles est donc une absolue nécessité. « Il faut soutenir les démarches qui vont vers les gens » rappelle Kathia van Egmond, coordinatrice médicale auprès de Médecins du Monde.


Parce que l’Union européenne joue un rôle fondamental dans la lutte contre le VIH, les organisateurs ont choisi de faire cette action devant le Parlement européen. 

Forts de leur légitimité d’interpeller la Commission et leurs gouvernements nationaux, les eurodéputés doivent insister sur l’importance de la facilitation du dépistage, du diagnostic précoce et de la prise en charge thérapeutique. Ils doivent se positionner pour un renouvellement du leadership européen sur le VIH tout en promouvant l’accès pour tous aux services de santé, la lutte contre la stigmatisation et la discrimination. Les organisations impliquées les invitent donc à relayer le message et les invitent à montrer l’exemple en venant se faire dépister dans le cabinet de consultation mobile, ce 26 novembre, place du Luxembourg.

 

Plus d'informations? Une interview?

Contactez Marie-Anne Robberecht
02 225 43 49/ 0493 25 49 09
Marie-Anne.Robberecht@medecinsdumonde.be