Dans une Europe en temps de crise : accoucher sans assurance et avec complications? Ce sera 1200 euros !

Dans une Europe en temps de crise : accoucher sans assurance et avec complications? Ce sera 1200 euros !

Email
Alors que les élections européennes 2014 approchent, Médecins du Monde (MdM) présente son rapport sur l’accès aux soins des plus précaires dans une Europe en crise. MdM s’inquiète : les groupes vulnérables (déjà fragilisés avant la crise) subissent une réduction, voire une privation des éléments qui leur assuraient une assistance de base. Les femmes et les enfants sont tout particulièrement concernés.

Dans son rapport, le réseau international de Médecins du Monde présente les chiffres clés recueillis auprès de 16.881 patients reçus en consultation médicale ou psychologique, dans 25 villes (8 pays européens) en 2013. En Belgique, 2.382 patients ont été interrogés.

Ce rapport se penche sur les conditions de vie, l’accès aux soins et l’état de santé des plus vulnérables en Europe : ressortissants européens, sans-abris, migrants sans papiers, demandeurs d’asile, usagers de drogues et travailleur(se)s du sexe.

Premier constat : l’accès aux soins est très limité. Au moment du premier contact, 64,5% des personnes interrogées n’avaient aucune couverture médicale. En Belgique, ce chiffre atteint 90%. La crise et les mesures d’austérité prises par les gouvernements font des ravages : en Grèce, 3 millions de personnes (sur une population totale de 10,8 millions) n’ont plus de sécurité sociale.

De manière générale, l'état de santé de nos patients est inquiétant. 26,1% des personnes interrogées disent être en mauvaise, voire en très mauvaise santé. En Belgique, il s’agit de 52,4% des patients. Ces chiffres sont particulièrement inquiétants, si l’on considère qu’il s’agit d’une population jeune : la moyenne d’âge de nos patients est de 32 ans. 

Les femmes et les enfants sont tout particulièrement touchés par la crise. « De plus en plus de femmes enceintes doivent régler elles-mêmes les frais de leur suivi de grossesse et de leur accouchement », explique Frank Vanbiervliet, responsable du plaidoyer européen. « En Grèce par exemple, une femme sans couverture médicale paie 650 euros pour un accouchement sans complications. Si un problème survient, elle devra payer 1200 euros : une somme considérable pour des femmes qui vivent en situation de (grande) pauvreté. Ceci explique pourquoi 2 femmes enceintes sur 3, interrogées pour ce rapport n’ont reçu aucun soin prénatal avant de se tourner vers MdM. »

Un autre point très inquiétant qui ressort de ce rapport est l’accès aux soins des enfants : en Grèce, la mortalité infantile a augmenté de 21%. Seul un mineur interrogé sur deux est vacciné contre le tétanos, l’hépatite B, la rougeole ou la coqueluche.Dans certains pays, ce taux est inférieur à 30 %, ce qui est bien en-deçà des taux de couverture vaccinale de la population générale, qui se situent autour de 90 %. « Ce type de pratiques est non seulement très dangereux pour les enfants eux-mêmes, mais aussi pour la santé publique en général », rappelle Frank Vanbiervliet. « La vaccination de tous est essentielle, c’est le seul moyen de protéger toute la population».

Ces injustices remettent en cause le socle social de la solidarité en Europe et doivent être combattues. Médecins du Monde demande des systèmes de santé nationaux universels, solidaires et équitables, ouverts à toute personne vivant dans l’Union européenne (UE). L’accès aux soins de tous les enfants et de toutes les femmes enceintes doit être assuré immédiatement partout en Europe.

 Contact Presse

Marie-Anne.Robberecht@medecinsdumonde.be

+ 32 493 25 49 09