Communiqué de Presse 17/10/2014 : Sortie du Rapport annuel 2014 des projets belges de Médecins du Monde : Ceux qui ont le plus besoin de soins sont ceux qui en sont les plus exclus.

Communiqué de Presse 17/10/2014 : Sortie du Rapport annuel 2014 des projets belges de Médecins du Monde : Ceux qui ont le plus besoin de soins sont ceux qui en sont les plus exclus.

Email
En cette journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, Médecins du Monde publie son rapport annuel des projets qu’elle mène ici en Belgique. Ce rapport fait état d’un paradoxe toujours plus criant : alors que les personnes les plus vulnérables sont en mauvaise santé, ce sont elles, justement, qui rencontrent le plus de difficultés pour se soigner.

En 2013, Médecins du Monde a réalisé 17.467 consultations auprès de 5543 patients. Tous se trouvaient en situation de vulnérabilité, qu’ils soient démunis, sans abri, en proie à une problématique de dépendance ou privés de titre de séjour.  Aussi diversifiées soient les populations vulnérables, elles ont toutes une chose en commun : leur santé est mauvaise. 80% de nos patients estiment ainsi leur santé comme étant moyenne, mauvaise ou très mauvaise, contre 23% de la population belge. 

Paradoxalement, c’est précisément ce groupe qui rencontre le plus de difficultés pour se soigner : 67% de nos patients n’a pas accès aux soins. Seuls 27% peuvent se rendre chez un médecin ou dans une maison médicale. A titre de comparaison : 94,5% de la population belge a un médecin traitant.

 

Médecins du Monde déplore ce paradoxe, toujours plus frappant: ”Nos centres de soins sont saturés”, témoigne Stéphane Heymans, responsable des projets belges de MdM. Chaque jour à Bruxelles, des dizaines de personnes font la file devant notre centre, dans l’espoir de voir un médecin. Faute de moyens suffisants, nous sommes obligés de demander à la moitié d’entre eux de revenir le lendemain. A Anvers, c’est la même chose. Pour ces gens, c’est dramatique : nous sommes de facto leur seul espoir de se faire soigner. Et pour notre organisation, c’est également dramatique: nous n’avons d’autre choix que de refuser des personnes, et c’est très difficile.”

Médecins du Monde demande aux autorités fédérales, régionales et communales de travailler à la mise en place d’une véritable couverture maladie universelle qui inclurait les plus vulnérables de notre société. “C’est le seul moyen de mettre un terme au paradoxe que nous observons”, conclut Stéphane Heymans.

Autres chiffres et tendances inquiétants:

-      Féminisation : les plus vulnérables comptent toujours plus de femmes. En 2011, 1 patient sur 5 était une femme. Aujourd’hui, elles représentent 28% de nos patients (1 patient sur 3)

-   Un public toujours plus jeune. En 2013, l’âge moyen de nos patients était de 34 ans. En 2012, la moyenne était encore de 36,4 ans.

Problèmes psychologiques : une enquête quantitative auprès de 213 personnes sans abri révèle que 60% d’entre eux ont des problèmes de sommeil, 58% sont en état de stress et 57% sont dépressifs.    

-   Violences (sexuelles) en rue. La même étude quantitative révèle que la vie en rue est quasi-systématiquement synonyme de violences en tous genres. 

40% des sans-abris ont été confrontés à des violences physiques

49% ont été confrontés à des violences psychologiques                                                           

11% ont été confrontés à des violences sexuelles (5,5% hommes/ 39% femmes)

27% des femmes sans abri ont été violées; 3,7% des hommes également.

53% souffrent (ou souffraient) de la faim

31% ont subi des violences des forces de l’ordre.  

 

 

Plus d’infos? Une Interview?

Contactez Marie-Anne Robberecht, Communication Officer

Marie-Anne.Robberecht@medecinsdumonde.be

02 225 43 49/ 04 93 25 49 09