Appel à l'éradication du choléra en Haïti

Appel à l'éradication du choléra en Haïti

Email
Médecins du Monde et Oxfam saluent la déclaration de l'ONU reconnaissant sa responsabilité morale envers les victimes du choléra en Haïti. Mais au-delà des rôles et responsabilités, les efforts concrets doivent être intensifiés pour éradiquer le choléra en Haïti une bonne fois pour toute.

La semaine dernière, l’ONU reconnaissait partiellement sa responsabilité dans l’éclosion de l’épidémie de choléra qui ravage Haïti depuis 2010. Les Nations Unies ont déclaré avoir une « responsabilité morale envers les victimes de l’épidémie de choléra et ont admis que le financement actuel était insuffisant pour éradiquer cette maladie en Haïti. »

Les chiffres officiels avancés par l’OCHA (Bureau de la coordination des affaires humanitaires) dans son Bulletin humanitaire de juillet 20161 indiquent clairement quele choléra demeure un problème majeur en Haïti : « Le ministère de la Santé a enregistré 23.072 cas suspects de choléra et 211 décès liés à cette maladie entre le 1er janvier et le 23 juillet 2016. Le nombre de personnes affectées pourrait être porté à 45 000 d’ici la fin de l’année, selon l’opinion des experts. »

Le Dr Nicolas Bergeron, président de Médecins du Monde Canada, explique : « D’un point de vue biomédical, le choléra est une maladie potentiellement mortelle qui, si elle est prise en charge rapidement, se traite facilement par une hydratation agressive. La difficulté est d’assurer une prise en charge précoce et surtout de prendre des mesures préventives en mettant sur pied des structures socio-sanitaires décentes. »

« Nous travaillons dans des zones ne répondant pas aux normes minimales en matière d’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement. Les populations qui y vivent sont en situation de grande vulnérabilité face à des épidémies comme celle du choléra », ajoute Denise Byrnes, directrice générale d’Oxfam-Québec.

Médecins du Monde et Oxfam interviennent en Haïti depuis les débuts de l’épidémie et offrent aux Haïtiennes et aux Haïtiens un soutien de première ligne en fournissant un accès aux soins de santé et en incitant la population à adopter de bonnes pratiques d’hygiène. Depuis avril 2014, les deux organisations collaborent afin d’offrir ces services essentiels pour la lutte contre le choléra à une population en situation de grande vulnérabilité. Cette intervention se révèle particulièrement nécessaire, si l’on considère l’absence des services de l’État et le fait que la plupart des agences et bailleurs de fonds internationaux humanitaires se sont, ces dernières années, retirés d’Haïti pour se consacrer à la résolution de crises plus récentes.

Oxfamet Médecins du Monde saluent la déclaration de l’ONU selon laquelle l’éradication du choléra passera par un plein engagement conjoint de la part du gouvernement haïtien et de la communauté internationale 2. Patrick Robitaille, le directeur des opérations internationales de Médecins du Monde Canada, affirme : « Peu importent les rôles et responsabilités dans cette affaire, il FAUT intensifier les efforts pour éradiquer le choléra en Haïti une fois pour toutes. Il faudra davantage de fonds pour renforcer nos actions dans un travail conjoint avec les Nations Unies, les ONG internationales, le ministère de la Santé haïtien et la société civile. Pour le moment, nous avons épuisé nos ressources. »

 

1. Bulletin humanitaire - Haïti (juillet 2016) de l'OCHA

2. Déclaration du porte-parole du Secrétaire Général des Nations Unies sur Haïti