Amélioration de la santé maternelle dans la région de Gafsa : 2 ans plus tard, où en est-on ?

Amélioration de la santé maternelle dans la région de Gafsa : 2 ans plus tard, où en est-on ?

Email
A Gafsa, région très enclavée de la Tunisie, le système de soins de santé est fragile : des infrastructures de santé défaillantes, du matériel vétuste, une couverture des soins de santé fragmentée et une pénurie de spécialistes.

En 2012, Médecins du Monde lançait un « projet-pilote de démocratisation des soins et des services de santé pour les populations de la région de Gafsa ». Le tout basé sur un concept innovant, qui fait ses preuves : l'approche participative. Ce sont les acteurs de la santé et la société civile, qui, ensemble, travaillent à la redéfinition du système de santé.

Grâce à ce projet, plus de 341 000 personnes vivant dans le gouvernorat de Gafsa ont pu profiter d'une amélioration significative des services de santé. L'accent a été mis sur le volet gynéco-obstétrique, qui concerne plus de 90 000 femmes en âge de procréer.

2 ans plus tard, quel a été l'impact ?
Ce 14 février 2015, Médecins du Monde faisait le point. Que retient-on ?

1. Renforcement significatif de l'équipement médical et formations opérationnelles et pratiques du personnel de santé

  •  Les services gynéco-obstétriques de chirurgie de 2 hôpitaux régionaux et 6 hôpitaux périphériques ont été équipés afin d'améliorer les conditions de travail de manière conséquentes (tables d'accouchements, tables chauffantes, couveuses, climatiseurs, ambulances, etc.)
  • 38 centres de santé dans la région de Gafsa ont également été pourvus d'équipements de base.
  • 30 sages-femmes, 12 médecins généralistes, 18 urgentistes et 18 infirmières ont reçu des formations afin d'améliorer les soins délivrés aux patients.
  • Création de méthodes et de guides pratiques pour soutenir le personnel dans leur formation et pratiques quotidiennes.
  • Modernisation des moyens techniques de travail via l'introduction du dossier médical numérique.

2. Une enquête mesurant le degré de satisfaction des femmes concernées

Cette enquête a été réalisée dans 8 maternités bénéficiant des actions d'amélioration dans le Gouvernorat de Gafsa, auprès de 901 femmes en âge de reproduction (FAR), sur une durée de 12 mois.

Concernant le personnel médical, les femmes sont assez satisfaites de leurs disponibilités, leurs compétences et les qualités humaines. Les médecins et les sages-femmes sont les membres du corps médical qui reçoivent le plus d'avis favorables.

Les soins fournis avant, pendant et après l'accouchement sont perçus comme efficaces. Le suivi et la prise en charge des problèmes durant la grossesse ont permis à plusieurs femmes d'améliorer leur état de santé. La plupart des femmes sont également satisfaites de l'équipe médicale et du respect de leur intimité durant l'accouchement.

3. La plateforme participative constituée en association : « Sihatouna ».

La plateforme participative initiée par Médecins du Monde, qui pendant 2 ans a veillé au bon déroulement des actions envisagées, un plan stratégique a été rédigé et 10 fiches d'action très précises ont été élaborées afin de structurer le travail d'amélioration de la santé dans le domaine de la santé mère-enfant. Cette plateforme s'est constituée en association, « Sihatouna », (« Ma Santé »). C'est elle qui veille à la continuité du projet. Ses membres - tous Tunisiens- ont reçu la formation nécessaire afin de promouvoir durablement le secteur de la santé à Gafsa.

Le Dr Leila Garbouj, sur l'aspect novateur du projet :
«Que des gynécologues, des sages-femmes, des responsables d'hôpitaux, de syndicats, d'ONG, etc, s'assoient autour d'une table pour voir comment d'améliorer les soins de santé maternelle, c'est du jamais vu ! Il a fallu aux acteurs institutionnels qu'ils dépassent leurs réticences initiales à accepter d'être confrontés au regard du patient, grâce à la médiation de la société civile inquiète des violences qui s'aggravaient ».